Résultat de recherche d'images pour "synode jeunes"

 

 

 

 

Bien chers jeunes, bien chers amis,

Permettez-moi de venir auprès de vous un court instant en ce jour où débute à Rome un moment important pour l’Eglise, les Jeunes et le Monde : un Synode  c’est-à-dire « marcher avec ». L’Eglise catholique veut marcher avec vous tous, vous écouter, vous solliciter et vous demander de vous engager au Nom du Christ Jésus.   Lire la suite

Antoine sfeir photo le point

 

 

 

 

 

Antoine SFEIR, journaliste et politologue spécialiste du monde arabe et musulman, est mort. Il fut le premier Parrain de l’Association « Béthanie-Lumières d’Orient ». Lire la suite

Jean piat  Jean piat 2

Mercredi 19 septembre 2018, nous avons appris le décès de Jean Piat, âgé de 93 ans. Lire la suite

 

Les 27 et 28 janvier 2018, des jeunes ayant participé aux camps mission-solidarité au Liban en 2015, 2016 ou 2017 se sont retrouvés à Paris pour un temps de partage, de visite et de témoignage.

20430058 1878322792429403 2691673691223194874 n Delphine Armelle Helene nicolas 3 Elias ghanem Dsc01123 Dsc01122 

 Dsc01119 Benoit de fosseux 1 Helene 1 Marion Antonin magne 1 Dsc01129

 

92063876Nous avons  le grand regret de vous annoncer le décès de CHADI, ce jeune enfant syrien que nous avons accompagné, épaulé et aidé depuis la création de notre association. Sa santé s'était compliquée ces derniers mois, ses yeux malades se sont refermés...

Que la lumière infinie de Dieu brille pour lui et qu'il repose en paix !

Chadi et sa tante soeur marie bernard haddad avril 2016

Chadi et sa tante, Soeur Marie-Bernard Haddad  - avril 2016

Réflexion sur la guerre à Alep (Syrie)

 

Intégralité d’une « réflexion sur la guerre » écrite par le Frère Georges Sabé, prêtre mariste à ALEP, qui adresse par ce poème un véritable SOS. Ce texte a été publié, le 7 mai 2016 par AED-France

 

"Vivre à Alep, c’est vivre tous les jours l’aventure de la vie et de la mort.
La guerre envahit nos vies.
Elle vient sans aucune invitation… sans aucun désir qu’elle vienne !
Elle dresse sa tente parmi nous… Elle veut s’installer…
Elle veut envahir nos maisons… Elle veut visiter les rêves des enfants.
Elle veut troubler la réalité sereine des hommes et des femmes.
Elle vient, pressée, annonçant ses couleurs rouge de sang et noir de mort.
Elle est là face à nous ! Dans un duel ! Elle veut vaincre ! Elle veut dominer…
Elle est affamée de destruction… de démolition…
Elle est là …
Elle annonce à vive voix : Si vous ne voulez pas de moi, si vous ne voulez pas partager ma table,
Eh bien, PARTEZ !
Laissez derrière vous des maisons, des parents, des amis…
Partez sans rien prendre, ni vos photos, ni vos biens, ni votre travail…
Partez… Barrez de rouge votre passé… Effacez-le…
Allez vers l’ailleurs.
Allez vers l’inconnu.
Allez et faites vite.
La guerre n’attend pas.
Elle gronde… Elle a ses armes.
Elle s’acharne…. Elle a ses hommes.
Elle tue… Elle a ses magnats… ses commerçants… ses vendeurs. Et ses vendus…
La guerre vient changer le vocabulaire…
Il deviendra : Peur… Angoisse… Inquiétude.
Il deviendra : ADIEU…
La guerre divise… exclut… met à l’écart…
Elle fera des mendiants… Elle fabriquera des tentes… des dons… des Organismes internationaux…
Elle sera l’évènement des medias … puis une fois installée, elle deviendra l’oubliée.
Devant la guerre, il ne reste que la solidarité… d’un Je vais Oser et si nous sommes deux pourquoi pas des milliers !
Osons. Osons la vie… Osons l’amour… Osons le partage… Osons la présence… Osons un Non !
Osons de ne pas succomber à la tentation…
Osons de choisir la vie… Osons d’allumer un petit feu d’espérance.
Osons tendre la main. Osons servir.. Osons écouter..
Osons être passionnés de la vie.
Osons dénoncer
Osons vivre.
Un jour, la guerre n’aura plus de place… Elle s’échappera
Il nous reviendra de reconstruire ici et ailleurs
Une civilisation autre…
Une civilisation de vie…
Une civilisation de l’amour.
Osons croire… Osons prier… Osons confier. Osons dire Oui à sa volonté…
Osons mettre notre vie entre les mains de Marie… Elle nous conduira à Jésus.
Elle osera dire à Jésus…. La paix leur manque.
Elle osera nous dire… Faites ce qu’il vous dira"

Migrants et Réfugiés : pour une charité inventive

Pere sabater

A l’horreur qui se vit au Proche-Orient s’ajoute celle de l’exil de personnes qui n’hésitent pas à risquer leur vie pour échapper à un plus grand désespoir. Décider sa vie. Décider de tout quitter en s’arrachant de sa terre, en perdant ses racines les plus profondes, pour essayer de semer ailleurs. Essayer de planter l’espérance dans un ailleurs inconnu... C’est en quelque sorte perdre son identité, ce qu’il y a de définitivement plus intime. Se décider à l’exil reste une violence inouïe, et sans doute aussi est-ce avoir beaucoup de courage...

Lire la suite

Faut-il privilégier l'accueil des chrétiens d'Orient ?

Mgr Marc Stenger Évêque de Troyes, Président de Pax Christi France

Mgr stenger

« Nous sommes face à une situation de guerre, de violence dont nous ne savons d'ailleurs pas tout. Mais, à travers les informations qui nous sont transmises par les médias et par les réfugiés, nous pouvons comprendre que ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces familles sont dans une cruelle épreuve. Ils ont été forcés de tout quitter. Quand ils frappent à notre porte, ils méritent que nous leur ouvrions les bras et que nous déployions tout ce qui nous est possible pour les accueillir.

Parmi eux, il y a des chrétiens. Ils ne sont pas épargnés car ils sont gênants. Les valeurs morales qu'ils incarnent représentent l'opposition absolue aux idéologies violentes et destructrices qui sévissent partout dans le monde. Ils sont donc particulièrement ciblés, notamment par les djihadistes en Orient. Pourtant, les premiers ennemis de Daech, ce sont leurs coreligionnaires. Les musulmans qui ne sont pas dans la même mouvance que Daech dérangent eux aussi. Et ils subissent le même sort que les chrétiens: ils sont obligés de fuir. Quelle que soit sa religion, une victime est donc une victime, et tous les réfugiés ont la même dignité, la même valeur, le même droit à être accueillis. Dans l'Évangile, Jésus ne nous dit pas « aime tel prochain » mais « aime ton prochain ». Pour les chrétiens, la charité est universelle. Rappelons-nous aussi la parabole du bon Samaritain. Le prochain, c'est l'autre, celui qui est différent, celui qui nous est opposé. Mais il n'est pas besoin d'être croyant pour considérer qu'un tri des migrants serait inacceptable: c'est une position humaniste.

Quant aux arguments sécuritaires de certains, qui avancent qu'accueillir des chrétiens serait moins risqué que d'accueillir des musulmans dans les villes françaises, je trouve cette distinction absurde et même honteuse. D'une part nous n'avons aucune garantie que les djihadistes n'aient pas également infiltré les réfugiés qui se revendiquent chrétiens. Ceux qui sont dans une telle épreuve ne regardent pas l'identité des personnes qui marchent à côté d'eux. D'autre part, ces familles vivent la pire souffrance que nous puissions imaginer: comment les soupçonner d'être des djihadistes ? Et même s'il y avait effectivement des extrémistes infiltrés parmi les migrants, l'État français a les moyens d'exercer les contrôles pour que cette opération d'accueil se passe au mieux. Si un tri devait se faire a priori, cela signifierait que nous ne sommes pas à la hauteur de la situation. »

La Croix, le 12 septembre 2015 –

Propos recueillis par BLEYNIE Samuel

La figure d’Abraham pour sortir de l’impasse

Domuni sabater couvbd

L’ancêtre commun aux trois religions monothéistes pourrait faire se réconcilier un Moyen-Orient en proie à des guerres dévastatrices qui durent depuis plus d’un siècle. C’est la proposition du P. Patrice Sabater dans son dernier ouvrage La terre en Palestine/Israël.

http://montpellier.catholique.fr/actus/414-la-figure-d-abraham-pour-sortir-de-l-impasse

La terre en Palestine/Israël Une vérité à deux visages

Nous avons l'honneur d'accueillir un nouvel ami et parrain

en la personne de Monseigneur Boghos Levon Zekiyan, 

Archevêque arménien catholique d'Istanbul.

Mgr boghos zekyian foto gabriele ipekdjian

Mgr Boghos Levon Zekiyan est né à Istanbul (Turquie) en 1943. Prêtre de rite arménien, il est professeur de langue et littérature arménienne à l’Université Ca’ Foscari de Venise, et d’institutions ecclésiastiques arméniennes à l’Institut Pontifical Oriental de Rome. Il est l'auteur de nombreux articles scientifiques, principalement sur le monde arménien, et de treize monographies. En mai 2013, il a été nommé Administrateur apostolique de l'Exarchat apostolique d'Istanbul pour les Arméniens. Il en est, aujourd’hui, l’Archevêque.