Chrétiens du Proche-Orient grandeur et malheurs

Chretiens du proche orient grandeur et malheur

Le livre que présentent les Editions Jean Maisonneuve n’a rien d’une évocation spirituelle, d’un témoignage ou simplement d’un déroulé de ce que fut l’histoire des chrétiens d’Orient. C’est le livre d’une expérience acquise au gré des séjours et des voyages en Irak, en Syrie, au Soudan, au Liban… L’auteur, Christian Lochon, sait de quoi il parle, et surtout de qui il parle. Ce n’est pas un livre que l’on achètera pour passer une heure dans le train ou simplement pour avoir une petite idée colorée de ce que sont ces chrétiens que l’on connaît mal ! Il faudra du temps pour le lire, pour en savourer les informations denses que nous donne Christian Lochon au moment où cette région du monde est à nouveau frappée par la barbarie, la guerre, les persécutions…, la faim. Il n’oublie pas pour autant, les nombreuses autres minorités (Yézidis,…) qui subissent les assauts terribles que nous connaissons. La table onomastique est nombreuse ainsi que l’orientation bibliographique. Ce n’est pas le premier ouvrage de l’auteur. La Préface est signée du Directeur général de l’Œuvre d’Orient et la postface est celle de Sobhi Habchi, chercheur au CNRS,  assurant ainsi le lecteur du sérieux et de la qualité intellectuelle de l’auteur.

Ce livre à multiples entrées nous présente la vie des chrétiens d’Orient par le biais de la réalité vécue d’hier à aujourd’hui. Le premier chapitre de cet ouvrage (il en compte huit) est essentiel pour comprendre la vocation de nos Frères du Levant : « rôle et culture des chrétiens d’Orient ». Les medias en général parlent assez peu de ce sujet lorsqu’est abordé la présence de ces chrétiens au Proche-Orient. Cependant, il est à souligner que l’engagement de l’ensemble des Eglises orientales et de ses fidèles a été déterminant au niveau culturel, linguistique, spirituel et politique. Si l’on devait retenir un mot et une intention de fond, il faudrait garder en mémoire la « Nahda » (la renaissance, en arabe). L’implication dans la construction des sociétés arabes au 19ème et au 20ème siècle a été déterminante. Que serait l’Orient sans ces frères arabes chrétiens (pour la plupart d’entre eux) ?

Le dernier chapitre nous décrit avec moult détails les dégâts multiples de DAESH, appelé encore Etat Islamique, sur les Hommes, sur la vie quotidienne, sur les relations entre les communautés, et aussi sur les traces qu’il a laissées au travers de l’Histoire. Un Mal incomparable, une blessure définitive pour bien des lieux antiques où, de son empreinte, l’Homme a marqué son passage, sa foi, sa quête d’un transcendant. Bien sûr, c’est Palmyre qui nous vient en premier à l’esprit… ; mais malheureusement il faut pointer d’autres lieux en Irak ou en Syrie.

Le livre se détermine sur une interrogation qui vient en écho à l’ouvrage d’entretien avec le Patriarche Bechara Raï, Au coeur du chaos (mai 2016). Que sera l’Orient après l’éradication de l’Etat islamique ? Que restera-t-il de ces années d’effroi ? Qu’auront appris ces peuples, les gouvernants et le monde ? Sur quoi se construira l’Orient de demain ? Avec qui ? Selon quelles conditions ? Autant de questions ouvertes qui ne ferment pas le livre sur lui-même mais qui lui donnent une ouverture. Et, justement, il nous ouvre à des possibilités concrètes qui, faut-il le croire, ne seront pas que des souhaits mais surtout des réalités ! Il nous appelle au « devoir de compréhension » (p. 75), et au dialogue islamo-chrétien. Les mots sont souvent riches en espérance, mais la concrétude est sans doute plus manifeste quand elle se conjugue avec la solidarité active envers les chrétiens… nos frères !!!

Patrice Sabater, cm

15 mai 2017

Christian Lochon, Chrétiens du Proche-Orient : grandeur et malheurs. Ed. Librairie d’Amérique et d’Orient – Jean Maisonneuve, Paris, 2016, 165 p., 19 €.