La déclaration Balfour Cent ans après

Résultat de recherche d'images pour "la déclaration balfour cent ans après"

Nous célébrons cette année un double anniversaire. Tout d’abord, celui qui nous est le plus proche dans le temps : en 1948, la création de l’Etat d’Israël. Depuis, nous célébrons aussi la signature de la Déclaration Balfour, le 2 novembre 1917. On y proclame « l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ».  Il y a à peine un peu plus de cent ans. Nathan WEINSTOCK nous aide dans un petit livre bien documenté à y voir plus clair en sortant des sentiers battus et « des clichés réducteurs habituels ». Il le dit ouvertement : « C’est la raison d’être de cet essai, qui s’efforce de retracer brièvement la genèse, la portée et les conséquences d’une décision qui a contribué à modeler le Moyen-Orient actuel, et sans se soumettre aux idées convenues ». Le lecteur, bien évidemment, y sera sensible. Cette intention de l’historien consonne bien avec la Collection dirigée par Antoine SPIRE : « Clair et net » aux Editions Le Bord de l’eau.

                Le premier chapitre souligne une évidence historique ; celle qui tend à dire et à démontrer que la Palestine ne figurait pas à la date de la signature « sur aucune carte géographique, et ce, pour la simple raison que l’Empire ottoman ne comprenait aucune subdivision administrative correspondant à ce nom ». Le fait est donc acquis… S’en suivent onze autres chapitres reprenant l’Histoire générale recentrée sur l’espace que nous étudions et un peu au-delà au moment de la chute de l’Empire Ottoman et de la Première Guerre mondiale. L’auteur replace les 67 mots de la Déclaration Balfour dans un plus grand tout : les calculs des grandes puissances, l’espoir que cela a été pour les Sionistes, les comportements ambivalents des leaders arabes ; tel Fayçal d’Arabie… Chaque chapitre (assez court) est nourri d’une démonstration, qui est elle-même reformulée. Le tout reste d’une grande pédagogie. L’exposé est clair, convaincant ; et souligne une grande érudition mise à la portée du lecteur.

 

                Nathan WEINSTOCK nous éloigne ainsi des idées trop souvent acceptées comme définitives au sujet des rapports entre Juifs et Arabes, mais aussi quant au double jeu et les trahisons des Déclarants anglais et français, leurs visions et leurs appétits opportunistes ; et enfin le fait que le mouvement sioniste est à l’origine, sans doute malgré lui, de la conscience palestinienne. 67 mots d’une Déclaration expliquée et décortiquée à la page 67 de ce petit livre.

                1920 ne sera pas la date tant attendue, et sans doute rêvée, d’un grand Etat arabe ou d’un royaume syro-palestinien ! Il faudra attendre encore la tentative de l’Egyptien Gamal Nasser pour remettre, dans le jeu géopolitique de la région, ce rêve qui sera une fois de plus avorté… Fayçal d’Arabie accepte ce que les grandes puissances lui propose ; et tout particulièrement le Mandat français. 1917-1920; trois ans pour reconstruire et se partager le Moyen-Orient qui subit les décisions d’alors.

L’auteur perçoit en fin de parcours deux nécessités impérieuses : d’une part, celle de ne pas occulter les autres souffrances subies par d’autres peuples et confessions religieuses et, d’autre part, celle de s’ouvrir irrémédiablement aux autres en ouvrant des solidarités nouvelles pour ne pas se laisser enfermer…  Le souhait est louable. Néanmoins, l’auteur – spécialiste du mouvement ouvrier juif - est connu à la fois pour son engagement antisioniste, mais aussi pour ses positions inverses suite à l’échec des Accords d’Oslo. Nous suivons bien l’auteur et ses démonstrations. Pour autant, les positions nouvelles de l’historien, qui regrette d’avoir été à l’époque subjugué ou aveuglé, procèdent d’un profil double. Un livre, des conclusions documentées, attestées, mais que l'on peut aussi utiliser contre les autres, qui peuvent à tout moment se retourner… Ce livre très intéressant fournira au lecteur une réflexion de qualité – à double tranchants - qui, à y regarder de plus près, ne sera pas aussi neutre que cela…

Patrice Sabater, cm

15 avril 2018

Nathan WEINSTOCK, La Déclaration Balfour. Cent ans après. Ed. Le Bord de l’eau. Coll. « Clair et net ». 2018. 102 pages. 10 €