Les nouveaux acteurs de l'islam

Résultat de recherche d'images pour "les nouveaux acteurs de l'islam"

 

En cette période maussade, cela fait du bien de lire un ouvrage « optimiste », comme aime à le souligner le préfacier, Rachid Benzine. (*) Les premiers mots sont louangeurs : « … c’est une femme qui est habitée par par le désir d’aimer ses contemporains, et qui se montre capable d’entrer en empathie vraie avec celles et ceux que son travail l’amène à rencontrer ». Pourtant dans son introduction, Anne-Bénédicte Hoffner nous dit que « ce livre est né d’une inquiétude devant ce dialogue de sourds qui s’est engagé autour de l’islam, et d’une envie de contribuer à en sortir ». (p 17)

Effectivement, la perception que nos contemporains ont de cette religion relève des clichés, du regard porté par de nombreux médias et commentateurs frisant le rejet, ou ramenés aux seuls attentats et attitudes de radicalisation de certains musulmans. Les musulmans sont eux-mêmes tiraillés par des sentiments et des visions contradictoires, par des appels lancés çà ou là les invitant à une attitude et à son contraire entre violence et sectarisme… Ce livre s’inscrit donc en faux. Il naît de la rencontre de six musulmans (quatre hommes et deux femmes) d’horizons et de pays différents : Hicham Abdel Gawad (Professeur en religion islamique dans le Secondaire – en Belgique… Iqbal Gharbi – Professeur de psychologie à l’université de la Zitouna – Tunisie… Michael Privot, converti à l’islam et islamologue… Mohamed Bajrafil, imam… Farid Abdelkrim, auteur de théâtre…, et enfin, Nayla Tabbara – Libanaise et Directrice de la Fondation Adyan cofondée en 2006 avec le Père Fadi Daou, prêtre libanais maronite). La foi musulmane les unit et les rassemble, mais pas seulement. Rachid Benzine les perçoit comme des « expérimentateurs de chemins nouveaux pour la pensée islamique et pour le « vivre aujourd’hui l’islam avec les autres ».

Ces auteurs ressaisissent l’essentiel de leur foi à l’aune de la modernité en estimant que les principes, critères et autres théories datant du Moyen-Âge ne sont plus opératoires et compréhensibles pour nos sociétés contemporaines. L’islam serait « décalé », sorti de son contexte culturel ; et donc il est nécessaire d’introspecter et de reposer clairement de nouvelles donnes théologiques et philosophiques pour faire évoluer la foi islamique sans la vider néanmoins de la Tradition. Cette Tradition vivante ne peut s’assécher en ne gardant d’elle-même que des principes (parfois désuets) ou qui n’ont plus de sens… Comment vivre la foi en Allah aujourd’hui avec des principes du Moyen-Âge, et plus lointainement ? Il faut faire un effort d’interprétation des sources et les proposer aux fidèles musulmans dans la fidélité aux Origines sans pour autant la scléroser.

Les témoignages sont proposés par l’auteur en trois sections : 1/ L’enseignement de la pensée islamique aujourd’hui en confrontation avec la modernité et une vision en-deçà de l’islam. 2/ la réflexion autour du Coran et de son interprétation 3/ une poussée en profondeur dans l’espace d’altérité et de la construction du-moi intérieur musulman… une quête de spiritualité.

Chacun de ces témoignages participent du même esprit et ont un but et une visée commune pour sortir du « cercle vicieux des (deux) discours d’exclusion » (p 119). C’est un vrai renouvellement intérieur qui est ici proposé d’autant que certains des collaborateurs à cet ouvrage collectif ont eu un chemin de conversion bien singulier venant quelques fois de loin… Leur engagement est courageux dans ce monde que l’on veut nécessairement binaire et donc en opposition. Dans la Préface, Rachid Benzine estime que des chemins nouveaux peuvent s’ouvrir « en quête de l’Homme fraternel autant qu’en quête du Dieu aimant et  pardonnant ».

Dans cet ouvrage de rencontres méditerranéennes autour de l’islam, Anne-Bénédicte Hoffner, nous présente donc des hommes et des femmes de lumières pour qui « leur inventivité quotidienne, leur audace aussi… montrent que, contrairement à ce qu’affirme l’islam wahhabite, la diversité continue à exister au sein de l’oumma. Lucidement, ils analysent à la fois la richesse de leur tradition et ses manques, qu’ils pallient chacun à leur manière, librement et sans complexes ». (p 179) D’autres penseurs, comme par exemple Malek Chebel disparu en novembre 2016, avaient ouvert des horizons nouveaux. Ils nous ont invités à penser que l’islam ne se nourrit pas nécessairement – et pas plus en tout cas que d’autres dans l’Histoire - de violence et de sang !

Ce livre est crédible. Il est porteur d’un espoir pour cette religion du Livre qui n’a pas fini de faire parler d’elle. Il est aussi un outil formidable pour tous ceux qui sont en relation d’amitié et/ou de dialogue avec des musulmans. Il est, sans doute, nécessaire pour les musulmans eux-mêmes touchés bien souvent par l’extrémisme…, comme dans la mosquée dans le Sinaï en cette fin d’année 2017.

Donnons la parole à l’ancien évêque d’Oran puisque l’auteur l’a mis en exergue, et laissons-lui les derniers mots : « Nous sommes proches les uns des autres, nous vivons les uns chez les autres : allons-nous perpétuer nos querelles et nos guerres ?... Si évidente que nous nous paraisse la vérité de notre religion, elle laisse place à une marge humaine, celle de la compréhension et de l’interprétation qui varient et exigent intelligence, recherche et ouverture aux autres… » (Mgr Pierre Claverie, op. 1997)… Il y a vingt ans déjà !!!

P. Patrice Sabater, cm 8 décembre 2017

Anne-Bénédicte HOFFNER, Les nouveaux acteurs de l’Islam - Préface de Rachid BenzineEd. Bayard, Paris 2017. 188 pages. 16,90 €

(*) Rachid Benzine est spécialiste d’herméneutique islamique. Il est l’auteur notamment de « Les nouveaux penseurs de l’islam », publié chez Albin Michel en 2004.