Préliminaires pour un verger futur

Résultat de recherche d'images pour "préliminaires pour un verger futur"

La société contemporaine développe des images qui circulent aux quatre coins du monde. Les mots et les noms que l’on emploie en gardent mémoire. Un seul mot employé et susurré pour parler d’un pays, de populations et de religions, et cela suffira à nous faire entrer dans un imaginaire... Comment parler aujourd’hui de la Palestine avec d’autres mots qui confèrent à la guerre, au terrorisme, aux attentats, aux rapports de force ? Comment parler positivement  des Palestiniens, de leurs cultures et de leur terre? Karim KATTAN, né à Jérusalem en 1989, propose trois nouvelles dans un petit recueil sincère et joliment écrit autour de ses racines. Il nous parle de la Palestine à partir de l’exil. « Il parle à la mémoire » des Palestiniens. Il trace, pour nous aussi, les pourtours « vrais » ou « légendaires » de ce qu’elle pourrait être aujourd’hui…, et demain !

Résultat de recherche d'images pour "Karim KATTAN, Préliminaires pour un verger futur"La Palestine dont beaucoup dénigrent la réalité et son existence pérenne est celle qui unit les personnages de ces trois courts récits. Tout d’abord, un jeune Gazaoui retourne dans sa ville natale. Un huis clos dans une chambre d’hôtel. Les mots lourds de sa mère résonnent comme un volcan. « Les gens de notre langue meurent ; mais dans leurs langues on ne meurt pas. Tu ne perds rien, je te le promets. Notre langue est lourde et catastrophée. Elle n’entre pas en fusion… Cette langue qui saigne… cette langue te tuera ». Puis, il y a cette femme qui voyage avec son mari loin de sa terre et qui essaye à distance de s’enraciner profondément pour se créer un espace, un lieu, une présence en Palestine… un futur ? Enfin, une histoire d’adultère mettant en scène deux Palestiniens émigrés. Une vie d’amour qui lie deux êtres dans des dimensions contraires : « Asma avait déjà vingt-trois ans quand elle quitta le pays. Contrairement à lui, elle n’essaye pas de l’occulter. Lui, Arabe-qui-reste-un-Arabe, qui tente désespérément de cacher ce qui crève les yeux. Elle, bourgeoise de Jérusalem, elle aussi nourrie au minaret… Asma la vraie qui n’est jamais revenue au pays ». La Palestine sera leur ciment commun.

Voici donc le récit d’une Palestine qui se parle, qui s’écrit sur des lettres (qui ne seront jamais envoyées), qui se respire au fil des silences, des émois et des peurs viscérales. Une Palestine de l’exil que l’on porte au cœur et qui bat au rythme du mystère… qui cherche comment survivre au milieu des espoirs et des doutes ? Penser son être et sa terre ne suffit pas. Il faut savoir le dire avec ses mots, avec les mots de sa langue. En exil, faut-il conserver cette « langue qui tue » ? La parler à ses enfants comme le fait Emilie ? L’écrire avec les mots de l’amour qui expriment les sentiments et la volupté ? Ou bien encore, faut-il adopter une langue de substitution qui efface de la mémoire les chants et les rires, les peurs et les mots doux de l’amour pour une terre ?

C’est dans le silence des jours qui passent que le verger peut grandir avec la force des mots qui donne du poids à ces vies… jusqu’au point de rupture.

Avec cet ouvrage de Karim KATTAN, nous avons de beaux préliminaires pour entrer en amitié avec la Palestine et son peuple autrement que par l’information géopolitique et religieuse. A lire.

Patrice Sabater, cm

Juillet 2018

Karim KATTAN, Préliminaires pour un verger futur. Editions Elyzad. Tunis 2017. 128 pages. 14,90 €